Projets de recherche

Liens entre formation, représentations et pratiques à l’égard de la diversité des futurs enseignants
Participants: Isabelle Noël (HEP FR) et Serge Ramel (HEP Vaud)
Financement: HEP Fribourg, HEP Vaud
Période: 2017-2020

Un aspect se voit régulièrement relayé dans les recherches lorsqu’il s’agit de réfléchir à la mise en œuvre de l’inclusion scolaire : la nécessité de former – et si possible de bien former – les enseignants (Avramidis, Bayliss, & Burden, 2000 ; Bélanger, 2004 ; Bergeron & St-Vincent, 2011 ; Mazereau, 2009 ; Plaisance, 2007 ; Valeo, 2008). Cependant, encore actuellement, les enseignants se sentent soit insuffisamment préparés soit préparés inadéquatement pour prendre en charge la diversité des élèves de leur classe (voir par exemple Leblanc, Prud’homme, Aucoin, Guay, Mainardi et Forest, 2016). Cette recherche s’inscrit dans le cadre des recommandations faites au niveau européen (Agence européenne, 2012) et au niveau suisse aux Hautes écoles pédagogiques (Swissuniversities, 2016) afin qu’elles dispensent une formation permettant aux futurs enseignants de prendre en compte les besoins éducatifs particuliers des élèves, plus largement la diversité des élèves dans leur enseignement. Elle a pour principal objectif de déterminer les liens entre les dispositifs de formation mis en place dans différentes institutions de formation d’enseignants, l’évolution des représentations des futurs enseignants et celle de leurs pratiques pédagogiques à l’égard de la diversité des élèves.Elle comprend un volet quantitatif visant à récolter les prises de position et représentations du début à la fin de la formation initiale et un volet qualitatif permettant, au moyen d’observations et entretiens durant les stages, de mieux comprendre et expliquer l’évolution des pratiques à l’égard de la diversité des élèves. Pour la phase exploratoire de cette recherche, des données seront récoltées dans les Hautes Ecoles pédagogiques de Fribourg et du canton de Vaud. Par la suite, plusieurs instituts de formation appartenant à différents pays seront impliqués dans cette recherche, ce qui lui conférera une dimension internationale et comparative.

Le signalement d’élèves pour une mesure d’aide renforcée de pédagogie spécialisée par les enseignants des degrés préscolaires et primaires : tensions, dilemmes et enjeux.
Participants: Isabelle Noël (HEP FR)
Financement: HEP FR
Période: 2017-2020

A l’heure où la pédagogie spécialisée fait partie intégrante du mandat public de formation (Accord intercantonal, 2007), cette recherche a pour objectif principal de mieux documenter le processus de signalement des élèves pour des mesures renforcées de pédagogie spécialisée (MAR) aux niveaux préscolaires et primaires. Elle contribuera ainsi à l’approfondissement des connaissances sur les processus plus généraux d’inclusion et d’exclusion scolaire. En effet, le processus de signalement s’inscrit dans l’optique du droit de l’élève à bénéficier de mesures répondant à ses besoins, mais il est également révélateur de la manière dont l’institution scolaire traite et gère la question des différences et de la diversité des élèves.
Cette recherche comprend trois volets :
- Le premier volet se propose de retracer l’historique de la mise en place et de l’évolution de la conception de la fiche de signalement institutionnalisée par les instances éducatives du canton de Fribourg (fiche 125).
- Le deuxième volet sera consacré à l’analyse du contenu de fiches 125 complétées par les enseignants des degrés préscolaires et primaires et à la décision effectivement prise par les autorités scolaires.
- Dans le troisième volet, il s’agira d’enquêter auprès d’enseignants et/ou de responsables d’établissement actifs sur le terrain quant au processus de signalement des élèves.
La méthodologie qualitative, essentiellement au travers d’analyse de documents de première main et d’entretiens de type compréhensif, offrira la possibilité de décrire notamment les différentes orientations et options prises tant sur le plan institutionnel que sur le plan des pratiques enseignantes par rapport aux signalements, de mieux comprendre le moment où ces signalements interviennent, ce qui les justifie et de voir ce qui a été mis en place en amont.

Vers une pédagogie critique de la diversité: concepts, formation et actions pédagogiques
Participants: Alexandre Duchêne, Daniel Hofstetter, Mariana Steiner & Fränzi Buser
Financement: HEP FR, demande de fonds de tiers
Période: 2014-2019

Die Rede von Diversität, Heterogenität, Verschiedenheit und Vielfalt hat seit einiger Zeit in unterschiedlichen Bereichen Konjunktur (vgl. Scherr, 2015, S. 95). Auch im Kontext der Schule wird Differenz gegenwärtig vielfach diskutiert. Angesichts der in diesem Zusammenhang häufig konstatierten Vielfalt im Klassenzimmer stellt sich die Frage, wie in angemessener Weise mit individuellen und kollektiven Unterschieden umzugehen ist und an welchen Leitlinien sich Lehrpersonen dabei orientierten können (vgl. Hofstetter & Duchêche, 2010, S. 41; Scherr, 2015, S. 95f.).
Innerhalb der pädagogischen Strömung lassen sich unterschiedliche Vorschläge zum Umgang damit identifizieren. So grenzt sich etwa die ‚Interkulturelle Pädagogik‘ von dem defizitär geprägten Umgang mit Vielfalt der ‚Ausländerpädagogik‘ ab und versucht sich positiv von dieser abzuheben (vgl. Diehm & Radtke, 1999, S. 127ff.). Allerdings lässt sich auch der ‚Interkulturellen Pädagogik‘ nebst begrifflichen Unschärfe, Uneinheitlichkeit sowie fehlender erziehungs-wissenschaftlichen Fundierung (vgl. ebd., S. 134) nach wie vor Ethnisierung und Kulturalisierung vorwerfen (vgl. ebd., S. 147). Denn im Kontext der ‚Interkulturellen Pädagogik‘ soll die Kategorie
‚Kultur‘ zwar positiv konnotiert werden, sie bleibt jedoch trotzdem die dominante Unterscheidung (vgl. ebd.). Dabei werden Strukturprobleme der Gesellschaft und der Organisation der
Erziehung zu Randbedingungen oder bleiben gänzlich unbeobachtet (vgl. ebd., S. 154). Aus diesem Grund grenzen wir uns von einer ‚Interkulturellen Pädagogik‘ ab und plädieren vielmehr für
eine ‚Kritische Pädagogik der Vielfalt‘.
An der PH Fribourg (CH) finden mittlerweile bereits seit acht Jahren Versuche statt, diesen Ansatz mit pädagogischen Sequenzen ins Feld hineinzutragen. Beim angestrebten Projekt geht es nun darum, diesen Ansatz genauer zu untersuchen.
Das Ziel des Projekts besteht darin, fürs Klassenzimmer Handlungs-weisen vorzuschlagen und zu evaluieren, welche es erlauben, eine derartige Kritische Pädagogik der Vielfalt umzusetzen. Dazu sollen unter anderem die im Kontext der Schule vorkommenden Heterogenitätsdimensionen (vor allem soziales Milieu, Migration/Ethnie, Begabung (Hochbegabung, Behinderung),
Geschlecht und Sprache) sowie ihre Wechselwirkungen zum Unterrichts- und Diskussionsgegenstand werden (vgl. Hofstetter & Duchêche, 2010, S. 43). In diesem Kontext stellt sich die
Frage, wie Lehrpersonen Vielfalt im Klassenzimmer angemessen thematisieren können.
In einer ersten Phase des Projekts stehen die Lehrpersonen-ausbildung sowie die Weiterbildung im Fokus des Interessens. Dabei stellen sich folgende Fragen: Wie können Lehrpersonen auf die
Thematisierung von Vielfalt im Klassenzimmer vorbereitet werden? Wie können sie passende pädagogische Sequenzen dazu entwickeln?
In einer zweiten Phase geht es um die eigentliche Thematisierung von Vielfalt im Klassenzimmer. Dabei wird auf folgende Fragen fokussiert: Wie kann ein derartiges Projekt durchgeführt werden? Was passiert im Klassenzimmer?

New Speakers in Multilingual Europe
Participants: PI: Bernadette O’Rourke (Heriot-Watt University, Edimbourg), Working Group Leader: Alexandre Duchêne
Financement: projet européen COST (500’000 EURO)
Période: 2014-2018

Globalization, increased mobility and transnational networking transform the linguistic ecologies of contemporary societies. In this COST project the aim is to bring multilinguals into the focus of these processes by investigating the challenges and opportunities involved in acquiring, using and being understood as a “new speaker” of a language in the context of a multilingual Europe. New speakers, from this perspective, are all multilingual citizens who, by engaging with languages other than their “native” or “national” language(s), need to cross existing social boundaries, re-evaluate their own levels of linguistic competence and creatively (re)structure their social practices to adapt to new and overlapping linguistic spaces.
The network facilitates structured dialogue and collaboration amongst researchers from three different multilingual strands: regional minorities, immigrants and transnational workers. Through the network, the project will foreground common threads across the different strands, compare “new speaker” profiles across multilingual contexts and develop a holistic understanding of this new sociolinguistic paradigm that can help to rethink how languages are managed at all levels including education, healthcare, workplace, family, community, the media, cyberspace and public institutions.

Trajectoires d'enseignants issus de la migration
Participants: Delphine Etienne-Tomasini, Daniel Hofstetter
Financement: HEP FR
Période: 2018 - 2021

In der Literatur kursiert die These, dass Lehrpersonen mit Migrationshintergrund gerade für die Beschulung von Kindern mit Migrationshintergrund besonders geeignet sind. Im Projekt geht es
darum, Studierende mit Migrationshintergrund beim Übergang von der Grundausbildung in die Berufspraxis zu begleiten. Dabei stellt sich die Frage, inwiefern ihr Migrationshintergrund beim Stellenantritt eine Rolle spielt und inwiefern sie gerade dort angestellt werden, wo man sich aufgrund ihrer Herkunft eine besondere Eignung verspricht. Darüber hinaus steht auch die Frage im Fokus, wie die angehenden Lehrerinnen und Lehrer mit Migrationshintergrund ihre Kapitalien in
der Praxis einsetzen können.

Projets achevés

Système éducatif et gestion de la diversité : vers une approche historiographique et intersectionnelle des politiques éducatives suisses.
Participants: projet collaboratif de l’ensemble des membres de l'UR
Financement: HEP FR
Période: 2013-2015

Au travers de l’analyse historiographique des politiques éducatives suisses, fédérales et cantonales (quelques cantons seront sélectionnés à cet égard), nous examinerons comment les instances de pouvoir ont construit et analysé les besoins de populations particulières en matière d’éducation. Nous opterons pour une approche intersectionnelle permettant de comprendre comment diverses formes de marginalités ont été abordées dans le champ scolaire. Ce travail se fondera avant tout sur l’analyse discursive et historique de documents et cherchera à comprendre les idéologies pédagogiques et politiques sous-jacentes aux décisions institutionnelles. La force de ce projet est de chercher à mieux comprendre sous quelles conditions certaines marginalités ont fait l’objet d’une attention particulière à certains moments de l’histoire. Nous limiterons le champ d’investigation à l’après-guerre.

Transition entre l’école et l’apprentissage professionnel dans des situations de migration : le poids de la langue dans les processus de sélection
Participants: Alexandre Duchêne & Alfonso Del Percio
Financement: Fonds de recherche du Département de l’Instruction Publique du canton de Genève (62'500 CHF)
Période: 2013-2015

L’objectif de cette recherche est de comprendre le rôle que jouent les compétences langagières dans la possibilité, pour des élèves issus de la migration et en échec scolaire, d’intégrer des places d’apprentissage professionnel. Au moyen d’une étude longitudinale qui suit le parcours de 20 adolescents dans leur recherche d’apprentissage, cette étude permet de mieux saisir les formes de sélection qui s’opèrent dans les processus de recrutement et le poids de la langue et des compétences plurilingues dans les prises de décision des futurs/potentiels employeurs. Nous examinons également la manière dont les espaces institutionnels de transition (en particulier les structures SCAI) préparent les adolescents à la recherche d’un apprentissage. Ce projet permet aussi de mieux saisir les transformations dans les espaces de travail technique, qui requiérent de plus en plus des ouvriers des compétences langagières et de s’interroger ainsi sur les conséquences que cela induit pour les futur-e-s apprenti-e-s issu-e-s de la migration. Le rapport final a été remis au DIP en décembre 2013. Le responsable du projet poursuit cependant cette enquête en 2014 et 2015, avec des entretiens réguliers auprès de la cohorte des élèves suivis.