Projets de recherche et développement

Projet 1: FRANCOGRAPHE (axes 1 et 2)
Participants : Thierry Geoffre (responsable) et Mireille Rodi (HEP FR) ;  Daniel Daigle (responsable), Rachel Berthiaume et Marie-Claude Boivin (Université de Montréal) ; Marie-Catherine St Pierre (Université Laval – Québec) ; Corinne Totereau, Catherine Brissaud, Marie-Line Bosse (Université Grenoble-Alpes) ; Florence Epars (HEP Vaud) ; Martine Girerd (Flos-Carmeli, Fribourg)
Financement : HEP FR, HEP Vaud, Université de Montréal, Université Grenoble-Alpes
Période: 2016-2020

L’objectif du projet est l’étude de la dynamique développementale des habiletés orthographiques d’élèves francophones du primaire(6 années), notamment par le suivi et l’analyse des processus d’acquisition / apprentissage des compétences orthographiques. L’ambition, à terme, est de parvenir à proposer des outils de positionnement affinés et étalonnés en orthographes lexicale et grammaticale, à destination des enseignants.
Pour chaque degré scolaire et pour chaque pays (Québec, Belgique, France, Suisse et Haïti), le recueil du corpus vise 100 élèves par degré, soit environ 600 élèves par pays, 3000 élèves au total.
Il est prévu de proposer plusieurs sujets de mémoire de master en psychologie aux universités de Neuchâtel et Fribourg pour permettre l’accès d’étudiants aux classes et passation en parallèle d’un test cognitif.

Projet 2: Fiktionskompetenz (axes 1 et 2)
Participants: Christoph Gschwind
Financement: HEP FR
Période: 2017-2021
               

Die Studie fragt nach der Leistung und Relevanz von Kinder- und Jugendliteratur in ihren verschiedenen medialen Realisierungen (als Medienverbünde) in Bezug auf die Konstituierung eines Fiktionsbewusstseins und den Aufbau einer Fiktionskompetenz. Sie basiert u.a. auf der Annahme, dass das Fiktionsbewusstseins eines Menschen durch die in seiner Gesellschaft angebotenen und von ihm effektiv konsumierten fiktionalen Medien (Bücher, Hörspiele, Filme, Theater usw.) massgeblich geprägt wird. Unter Fiktionskompetenz wird in Orientierung an den Kompetenzbegriff von Franz A. Weinert allgemein die bei Individuen verfügbaren oder durch sie erlernbaren kognitiven Fähigkeiten und Fertigkeiten verstanden, um fiktions- bzw. fiktionalitätsspezifische Probleme zu lösen. Im speziellen sind darunter zwei Schlüsselkompetenzen aufzufassen: (1) die Fähigkeit, Fiktion von Realität zu unterscheiden und – damit verbunden – Misch- und Hybridformen als solche zu erkennen und einzuordnen, sowie (2) die Fähigkeit, sich auf fiktionsbasierte ästhetische Erfahrungen einzulassen, ein „game of make believe“ (vgl. Walton 1990) mitzuspielen. Aus diesen Schlüsselkompetenzen lassen sich weitere Komponenten der Fiktionskompetenz ableiten, die jeweils miteinander verzahnt sind. Ziel der Studie ist die Konzipierung eines Kompetenzmodells, das die Fiktionskompetenz in verschiedene Teilkompetenzen auffächert und deren Bezüge untereinander systematisiert, sowie eine auf diesem Kompetenzmodell basierende Modellierung von Instrumenten für die literale und mediale Förderung von Fiktionskompetenz. Das zentrale Erkenntnisinteresse lässt sich durch die folgenden Fragen dokumentieren:In welchen gesellschaftlichen Bereichen ist Fiktionskompetenz relevant? Inwiefern konstituieren Kinder- und Jugendmedien das Fiktionsbewusstsein? Wie beeinflussen die neueren digitalen Medien (E-Book, Spiele-App wie «Pokémon Go», Computerspiele, Hypertexte im Internet usw.) das Fiktionsbewusstsein? Wie können Kinder- und Jugendmedien für die Konstituierung von Fiktionsbewusstsein und den Aufbau von Fiktionskompetenz eingesetzt werden? Welche Rezeptionsprozesse werden durch die verschiedenen medialen Realisierungen von Kinder- und Jugendliteratur jeweils generiert?
Methodologisch bietet sich ein mehrperspektivischer Ansatz an, der verschiedene Zugriffe aus unterschiedlichen wissenschaftlichen Disziplinen und theoretischen Ansätzen vereint. Für die Rekonstruktion eines soziokulturell geprägten Fiktionsbewusstseins bietet sich ein kulturwissenschaftlicher Zugang an. Für sozialanthropologische Fragen nach dem Warum und Wozu von fiktionalen Medien käme ein biopoetischer Ansatz in Frage, der Erkenntnisse insbesondere aus der Soziobiologie und der Evolutionären Psychologie mit literaturwissenschaftlichen Fragestellungen vereint. Besonders gewinnbringend wäre auch eine systematische Beobachtung und Erhebung der Rezeption fiktionaler Kinder- und Jugendmedien im Sinne einer Empirischen Rezeptionspsychologie der Fiktionalität (vgl. Groeben/Christmann 2014) zur Überprüfung von aus diesen Medien rekonstruierten Rezeptionspotentialen.

Projet 3:  GRAFE'MAIRE (axe 2)
Participants : Groupe de recherche GRAFE'MAIRE (Université de Genève), Véronique Marmy-Cusin (HEP FR)
Financement : Université de Genève, HEP FR
Période : 2016-2020

Cette recherche vise l’analyse de la situation en Suisse romande de deux objets grammaticaux et l’expérimentation de dispositifs innovants pour ces mêmes objets, avec comme but ultime la reformulation des principes constitutifs d’une didactique fondamentale de la grammaire. Elle comporte une réflexion concernant la conception de dispositifs grammaticaux contrastés, l’un préconisant une claire intégration des problématiques grammaticales au sein d’activités portant sur la maitrise textuelle, l’autre prônant l’interaction entre un travail grammatical autonome et la réexploitation des acquis de ce travail dans les activités de maitrise textuelle.

Projet 4: Mesures de compensations et aménagements pédagogiques auprès d'enfants souffrant de troubles de type dysphasies, dyslexies, dysorthographies et/ou dyscalculies (enfants de 5 à 18 ans) (axe 2)
Participants: Mireille Rodi
Financement: HEP FR
Période: 2017-2020

L’article 96 du règlement d’exécution de la loi scolaire obligatoire fribourgeoise (RLS, 2016) précise que les enfants porteurs d’un dysfonctionnement (langagier, psychomoteur, par exemple) peuvent bénéficier de mesures de compensation en classe et/ou en vue de la passation d’examens. D’un point de vue juridique, la compensation des désavantages est inscrite dans la loi et fait référence, dans la Constitution fédérale, aux principes d’« égalité des chances » et d’ « interdiction de toute discrimination » figurant aux articles 2, al 3, 8 al. 1 et 2. La mise en place de telles mesures pour des enfants porteurs d'un trouble spécifique du langage de type dysphasies, dyslexies, dysorthographies ou dyscalculies vise principalement à diminuer les désavantages émanant de ces dysfonctionnements de manière à ce qu’ils puissent poursuivre leur cursus scolaire avec le moins de souffrance possible. Dans ce sens, tout en maintenant les exigences et les objectifs des différentes disciplines d’apprentissage, il convient de déterminer un projet d’aménagements pédagogiques appropriés à chaque situation. Le but ultime d’une telle procédure est de permettre à l’enfant concerné d’obtenir une certification scolaire équivalente aux autres élèves.
Dans un premier temps, ce projet vise l’élaboration d’un profil des besoins des enseignants dans ce domaine. Des entretiens semi-directifs sont envisagés, à partir de questionnaires, de manière à recueillir des informations notamment sur : les aménagements pédagogiques mis en place, leurs effets, la collaboration avec les réseaux interdisciplinaires, les besoins de formation. Cinq étudiants collaborent à cette récolte de données dans le cadre de leur travail de bachelor.
À terme, l’objectif de cette recherche aspire à la création d’un canevas pour la mise en œuvre d’un projet de mesures compensatoires, tenant compte des capacités et difficultés de chaque enfant, exploitable par les enseignants, les logopédistes et les parents, et modulable sur toute la durée de la scolarité de l’enfant.

Projet 5: Analyse de pratiques langagières (axe 1)
Participants: Mireille Rodi
Financement: HEP FR
Période: 2016-2018

En référence aux perspectives discursive et interactionniste du développement des capacités langagières et de l’acquisition d’une langue seconde, ce projet analyse diverses pratiques langagières liées aux interactions verbales adulte – enfant. Ses données concernent prioritairement des interactions avec des enfants présentant des difficultés sur le plan de l’acquisition du langage, car le réglage linguistique et communicationnel de l’adulte est d’autant plus « minutieux » (Bruner, 1983) lorsque les processus d’intercompréhension sont affectés, ce qui implique des critères d’analyse d’autant plus subtils.
Ces travaux ont pour objectif d’une part de souligner le rôle essentiel des stratégies d’étayage de l’adulte dans les processus d’acquisition/apprentissage du langage, d’autre part de mettre en évidence les compétences des enfants à se saisir des propositions des adultes à des fins potentiellement acquisitionnelles (Rodi 2013 ; 2014).
Au final, le projet vise la constitution d’une grille d’analyse (Rodi, à paraître) permettant à la fois l’évaluation des capacités langagières orales d’enfants du cycle 1 et l’auto-évaluation des stratégies d’étayage actualisées par les enseignants mêmes, afin qu’une intervention langagière de l’adulte devienne une occasion potentielle d’apprentissage pour l’enfant.

Projet 6: Développement d’outils numériques (axes 1, 2 et 3)
Participants : Thierry Geoffre
Financement : HEP FR
Période : 2016-2018

La poursuite du travail sur les outils numériques est prévue avec les points forts suivants:
- déploiement de l’application numérique « outil de positionnement » sur le terrain avec test par des enseignant-e-s de 6-7H (printemps 2017) et formation continue ciblée en juillet 2017. L’application sera ensuite étendue avec de nouvelles dictées ciblant 5H et 8H.
- proposition d’une plateforme numérique de remise à niveau adaptée aux étudiants HEP et au contexte suisse-romand avec Educlever : adaptation des contenus aux entrées grammaticales du PER et à la terminologie du mémento de grammaire. Si la proposition est retenue, le développement sera supervisé par Thierry Geoffre (printemps 2017).
- Un vaste corpus de phrases indexées selon une progression grammaticale et orthographique est en cours de développement avec Educlever dans le but de proposer un générateur de corpus ciblés par degrés, objectifs notionnels et difficultés, à la demande de l’enseignant. Cet outil pourrait être mis à disposition d’enseignants du canton dans le cadre d’une version beta (2018).

Projet 7: Lire Ecrire CP (axes 1 et 2)
Participants: Thierry Geoffre
Financement: HEP FR
Période: 2015-2018

Dans le cadre de la recherche nationale française Lire Ecrire CP, TGE (co-responsable du groupe « écriture ») poursuit sa collaboration avec Catherine Brissaud, Corinne Totereau (université Grenoble-Alpes) et Laurence Pasa (université de Toulouse). Le but est de définir l’évolution des traces écrites des élèves de début CP (3H) à fin CE1 (4H). Sont notamment visées la mise en place progressive de compétences graphophonologiques puis orthographiques et l’identification des zones de difficultés. Cette recherche englobe également une dimension sociolinguistique.

Projet 8: Recherche exploratoire : La formation des formateurs de terrain comme espace de co-construction d’objets grammaticaux (axe 3)
Participants: Véronique Marmy Cusin
Financement: HEP FR
Période: 2017-2020

La HEP-FR propose aux nouveaux formateurs de terrain différents modules de formation dont certains en lien avec les contenus des cours en didactique. Dans le cadre d’une formation en didactique du français impliquant différents acteurs de la formation (professeure HEP, formatrices praticiennes et collaboratrices pédagogiques) et futurs formateurs de terrain, Véronique Marmy envisage une recherche exploratoire sur la construction d’une communauté de pratique et la co-construction d’un espace de savoirs communs et négociés. Cette recherche s’intéresse à la pratique d’enseignement et à ses trois phases interdépendantes (préactive, interactive et postactive) et aux savoirs co-construits dans ce contexte, en analysant les verbalisations des enseignants et des formateurs à propos de séquences co-préparées, mises en œuvre et analysées à postériori autour d’un objet grammatical, les classes de mots. Prenant appui sur les résultats d’une thèse de doctorat (Marmy Cusin, 2012) et d’exploitations postérieures des données (Marmy Cusin, 2016 & 2017), l’analyse du contenu de ces verbalisations se fera en fonction d’une grille établie à partir des travaux de Lenoir et Vanhulle (2006) et Goigoux (2007), notamment en distinguant les rapports à l’enseignant lui-même (motivation, rapports aux objets et à la séquence proposée...), à l’élève (dimensions psychopégagogiques) et au contexte (dimensions curriculaires, rapports aux autres acteurs de l’école) des dimensions opératoires, soit leurs observations (notamment des élèves) et décisions prises (planification, régulation) et leurs projections dans des actions futures. Le but de cette recherche est d’observer comment un espace particulier de formation continue permet la co-construction d’un espace de savoirs sur des objets grammaticaux et leur enseignement-apprentissage, ici les classes grammaticales.

Projets achevés
Analyse de l’ensemble des pratiques de formation sur l’enseignement de la production écrite dans les institutions de formation à l’enseignement primaire et secondaire suisses romandes pendant une année académique (année 2009)
Participants : Groupe de recherche FORENDIF (Université de Genève), Véronique Marmy-Cusin (Haute Ecole pédagogique Fribourg)
Financement : Fonds national suisse (FNS), Université de Genève, HEP FR

Période : 2010-2017 (livre en cours de rédaction)

Recherche soutenue par le Fonds national suisse (FNS) et dirigée par Joaquim Dolz (groupe de recherche FORENDIF, Université de Genève), ayant pour objectif de cerner, décrire et mieux comprendre les objets de la formation et leur mise en activité par les formateurs (dispositifs et formes sociales de travail, outils du formateur, ...). L’analyse de l’activité du formateur s’accompagne d’une théorisation des gestes spécifiques du formateur, les formes d’alternances et la circulation des savoirs entre institut de formation et terrain scolaire.